Publications de l’association

Gazette du Pyla de l’été 2011

Mercredi 27 juillet 2011 // Gazettes du Pyla

Vous pouvez consulter la Gazette du Pyla de l’été 2011 au lien suivant :

PDF - 2.2 Mo
Gazette du Pyla n°33 - été 2011

Sommaire

- Ordre du jour de l’AGO
- Documents d’urbanisme
- Dossiers d’urbanisme :
- Aménagements et travaux
- Le plan d’eau
- La forêt et les arbres
- Notre environnement
- Infos pratiques

En cas de problème lors de la consultation, veuillez télécharger le fichier ci-dessus par clic-droit puis "Enregistrer sous", ou cliquer sur ce lien alternatif.

Édito

Il est de bon usage de saluer les initiatives que nos élus ont su prendre surtout lorsque ce fut à notre invitation. On citera notamment :
-  l’adoption d’un arrêté antibruit,
- l’adoption d’un arrêté interdisant la consommation d’alcool sur la voie publique,
- la signature d’une charte des établissements de nuit,
- la mise en service d’une vidéo surveillance (place Meller),
-  l’enfouissement des lignes électriques (place Meller),
- l’aménagement d’un début de piste cyclable (place Meller),
- l’adoption d’un arrêté réglementant les abattages et replantations,
- la mise en œuvre d’une charte paysagère et architecturale (reprenant beaucoup d’éléments que l’architecte Bernard Wagon avait recueillis lors de son travail en vue du classement du Pyla en ZPPAUP),
- la réfection du revêtement de quelques voies.

Mais en dehors de ces améliorations ponctuelles beaucoup déplorent une altération rapide du Pyla (ou du Pilat !), singulier, élégant, traditionnel et familial ; ce n’est pas un péché de le dire, et il appartient à notre association de porter avec force la parole de ceux qui nous font confiance pour nous opposer à la disparition annoncée, voulue ou non, de l’identité Pylataise. Sans être passéiste, il est légitime de vouloir défendre une exception qui repose sur une suite subtile d’éléments si fragiles, tels l’architecture, les matériaux, les perspectives, les emprises et reculs, les hauteurs, le couvert végétal et un certain civisme.

Comme l’indiquait l’an dernier Hugues Legrix de la Salle, chaque Pylatais doit se comporter comme dépositaire et gardien temporaire d’une parcelle végétale Pylataise qu’il y aura un jour lieu de transmettre la plus intacte possible.

Cette conscience du lieu, que nous enseigne si bien Jacques Rigaud, impressionne aux premiers regards nos visiteurs et amis qui rencontrent le Pyla pour la première fois.

C’est ce savant quelque chose que nous demandons à nos élus de prendre fermement en compte. Il n’y a pas que l’aspect économique qui doit guider nos choix, il y a surtout la richesse culturelle et patrimoniale.

Malheureusement certains choix ont toutes les raisons de nous inquiéter. Le projet de Plan Local d’Urbanisme (PLU), mis à l’enquête seulement au cours du mois de juin, donc en l’absence de nombreux Pylatais, a fait l’objet de nombreuses observations de notre part, lesquelles rejoignent souvent celles des services de l’État qui réclament, du reste, le retrait pur et simple du projet.

Nous avons profondément déploré que figurent en zone constructible les parcelles que la Justice a considérées comme inconstructibles, à la suite des contentieux que nous avons engagés avec beaucoup d’énergie et de moyens contre des autorisations de lotir et de construire qui n’auraient jamais dû être délivrées. Cette manière de passer outre nos avis et ceux de l’État, doublée du fait que la municipalité a fait cause commune avec les promoteurs devant la Cour Administrative d’Appel, est particulièrement lourde de sens.

Il en irait différemment si nos élus se prononcaient publiquement en faveur de la protection de l’ensemble des forêts de Laurey, de Pissens et du Vieux Pilat.

Nous constatons par ailleurs que des coupures d’urbanisation telles que celle reliant les Prés-Salés Ouest à la forêt de Pissens, via Camicas, font l’objet d’atteintes irréversibles à la biodiversité et que le projet de Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) autorise également une urbanisation qui devrait générer le doublement de la démographie sur le Bassin à l’échéance de 20 ans.

Quant à la création du Parc Naturel Marin, c’est sans doute la meilleure occasion qui nous est donnée d’échanger et de dessiner ensemble la prochaine identité du Bassin, devenu « Parc », avec toutes les compétences et les soins qu’exige notre milieu marin.

La Dune constitue également un pôle essentiel de notre rayonnement, et l’on doit se réjouir que le Syndicat Mixte ait réussi son grand oral au Ministère de l’Environnement pour l’Opération Grand Site, quelques mois après la qualification de Site Majeur d’Aquitaine.

Nous sommes donc riches de tout par la grâce de la Nature qui nous donne tant de belles choses sur le Bassin ; la négliger ou la détruire en échange de quelques profits à court terme aurait irrémédiablement raison du magnétisme du Bassin et de notre inimitable art de vivre, ici.

Jacques STORELLI
Président