Communication de l’ADPPM

Vœux pour 2014

Mercredi 22 janvier 2014 // Ressources en ligne

Chers Adhérents, Chers Amis,

Nous vous souhaitons une excellente année 2014.

Nous tenons tout d’abord à exprimer notre reconnaissance et notre gratitude envers notre ami Max CROS qui nous a quittés. Il fut élu de La Teste et grand serviteur du Pyla, toujours souriant, compétent et dévoué. Notre activité associative peut être suivie sur notre site Internet www.adppm.fr

Ceux qui sont loin du Pyla à cette saison peuvent y découvrir les photos des dégâts causés par la houle. C’est impressionnant et la technique de protection de notre littoral mérite d’être adaptée et renforcée. Selon l’usage nous vous invitons à nous adresser votre cotisation en ce début d’année (cf. Bulletin d’adhésion en page 4). Merci d’avance.

1 – LE PARC NATUREL MARIN (PNM) : LE BUT EST PRESQUE ATTEINT !

Soumis à de multiples pressions, le Bassin d’Arcachon (155 km² à marée haute, 40 km² à marée basse) est un territoire possédant des paysages et une situation bien particuliers, habitats pour une biodiversité riche et halte pour de nombreux oiseaux migrateurs. Une grande majorité des acteurs et habitants du Bassin d’Arcachon réclament la création d’un Parc Naturel Marin en tant qu’outil de protection et de régulation des conflits d’usage. Ce véritable « Parlement de la mer » fonctionnera sous la responsabilité d’un Conseil de gestion composé d’élus, professionnels de la mer, usagers (plaisance), associations…et dans le cadre d’un Plan de gestion. Le but sera de permettre à chacune des activités existantes d’être aussi compatible que possible avec toute autre, ainsi qu’avec la biodiversité du Bassin et de son ouvert.

Le Parc sera un moyen d’établir une stratégie commune de développement, de valorisation et de protection, réfléchie de façon globale sur un ensemble cohérent, de façon durable et solidaire.

Il devrait s’étendre sur 420 km², avec 128 km² de côtes. Pour l’instant, il existe cinq Parcs Naturels Marins en France (Le PNM d’Iroise, en Bretagne, créé en 2007 ; le PNM de Mayotte, créé en 2010 ; le PNM du golfe du Lion (anciennement « Côte Vermeille »), crée en 2011 ; le PNM des Glorieuses, créé en 2012 ; et le PNM des estuaires picards et de la mer d’Opale, créé en 2012). Les Parcs de Gironde et Pertuis, du Golf Normand Breton et de la Martinique sont en mission d’étude.

2 – LE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE (SCOT)

Les 17 communes concernées par ce Schéma comportent 130.000 habitants permanents répartis sur 1500 km² et sont réunies sous la forme d’une structure appelée « SYBARVAL » (www.sybarval.fr).

Le 24 juin 2013 le SYBARVAL approuva le projet de Schéma de Cohérence territoriale du Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, lequel fut modifié le 9 décembre 2013 à la demande du Préfet.

En dépit de l’enquête publique et des réserves exprimées par l’Etat et toutes les associations de défense de l’environnement ce SCOT permet désormais un probable doublement de la population sur le Bassin sous deux décennies (>100.000 habitants) ; la loi littoral ne s’applique plus dans les 2000 mètres du rivage comme le prévoit le Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM) ; la notion d’agglomération est supprimée, ce qui enraye l’application de la loi littoral ; les coupures d’urbanisation dont la forêt du Laurey sont menacées, dont le biocorridor Prés-Salés-Ouest-Camicas-Laurey-Pissens ; des axes routiers traverseront différentes forêts au nord et au sud, dont l’un entre Cazaux et le sud Pilat au mépris de la Forêt Usagère ; la « Fenêtre Océane » n’est pas expressément supprimée ; les risques de submersion marine sont peu ou pas pris en compte ; de nouveaux campings pourront s’implanter en limite des zones urbanisées ; des centres commerciaux surdimensionnés (La Teste, Biganos, Arès) sont autorisés ce qui va déstabiliser encore les petits commerces et altérer définitivement les équilibres du pourtour du Bassin ; tout cela s’est décidé au mépris de la composante majeure de notre patrimoine, c’est-à-dire la nature au milieu de laquelle une architecture basse au style local avait su harmonieusement trouver sa place.

Le SCOT reste essentiellement un simple empilement des PLU habilement négociés par chaque municipalité en quête de développement touristique et commercial, et non un document de cohérence et d’avenir prenant en compte l’hyper fragilité du Bassin et de son environnement.

La CEBA (Coordination des 30 associations de défense de la nature du Bassin d’Arcachon) et l’ADPPM ont décidé de faire modifier ce SCOT en saisissant le Tribunal Administratif.

Il s’agit d’un dossier particulièrement lourd ; nous avons besoin de tout votre soutien !

3 – LA VIE LOCALE AU PYLA

A la suite de multiples échanges, réunions, correspondances, reportages nous avons adressé en octobre un ultime questionnement détaillé à la municipalité dont nous vous rapportons le contenu intégral :

Bonjour Monsieur le Maire,

Au cours de nos précédents échanges, nous avons eu l’occasion de solliciter la municipalité pour :

  •  que l’ADPPM fasse partie du tour de table des réunions réservées à la délocalisation des campings,
  •  que l’ADPPM reçoive communication des études et travaux concernant les 2 procédures de DUP / expropriation du site de la Dune,
  •  que l’ADPPM soit informée des projets concernant la rénovation de l’hôtel Haitza et ses environs (concertation sur le projet),
  •  que l’ADPPM reçoive par écrit le résultat des contrôles et vérifications concernant 4 chantiers ; cf. rappel d’un courrier du 25 mars 2013 resté sans réponse :

Nous avons repéré quelques anomalies qui nécessiteraient, de notre point de vue, l’intervention rapide de la Police Municipale : …/… Depuis, nous avons dressé une liste de panneau illisibles ou irréguliers : le dernier, au … avenue des … (la superficie de la parcelle n’est pas indiquée). Pouvez-vous faire régulariser la situation (... m2 de construction prévue) ? Qu’en est-il du panneau totalement blanchi (parmi des dizaines d’autres), situé avenue du Sémaphore (évoqué lors de l’AG) ?

Une nouvelle fois nous demandons à la municipalité de dresser la liste exhaustive des panneaux irréguliers et/ou illisibles, de dresser des PV d’infraction, de les communiquer à Monsieur le Procureur, avec copie à l’ADPPM.

Nous reformulons la même demande pour ce qui concerne les clôtures, soit trop hautes, soit constituées de matériaux inadaptés ou interdits.

  •  que l’ADPPM soit clairement informée du respect de la procédure d’affichage préalable, pièces à l’appui, notamment lors des abattages suivants : …/…
  • Nous profitons de ce questionnement pour vous faire part de notre inquiétude sur la question des abattages en général. Il est pour nous manifeste que les contrôles a priori ne font presque jamais l’objet de refus d’abattage, et que les affichages n’ont pas lieu dans les conditions prévues par le texte.

De plus, l’arrêté municipal ne permet-il pas de sacrifier sans contrôle ni sanction les hautes fûtaies futures, appelées à remplacer les arbres adultes, qui disparaissent plus ou moins naturellement au fil du temps ?

Il nous faut œuvrer rapidement, dans le cadre d’une AMVAP (Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine), d’une nouvelle charte, ou d’un nouvel arrêté, pour que la disparition des arbres, arbustes, massifs, espaces verts ... soit fermement enrayée.

  •  que l’ADPPM soit clairement informée sur les contrôles opérés sur les chantiers situés Avenue Louis Gaume.

Nous avons signalé un certain nombre d’anomalies, et sommes étonnés de ne pas être relayés par une volonté administrative de faire respecter le principe d’égalité devant les charges imposées par le PLU, les autorisations de construite, le Code de l’Urbanisme...

L’ADPPM a déjà décidé de porter à la connaissance du Procureur de la République certaines infractions caractérisées, dont un curieux empiètement sur le site classé, la modification du profil naturel de certains terrains, avant travaux, d’une rupture de niveau de près de 4 m en front de mer entre deux fonds (infraction au PLU).

Quelles sont les démarches engagées par la municipalité pour faire cesser le trouble ?

La municipalité a t elle décidé de contraindre le propriétaire, auteur d’un exhaussement de plus de 2 m, à retirer les 12000 m3 de gravois non dépollués (PV de la Police Municipale de 2003) ?

Des poursuites ont-elles été engagées ?

Pour quelles raisons un tas de sable de plus de 10 m de hauteur a-t-il été toléré durant plusieurs années au dessus de la “décharge” précitée, au mépris des droits des visiteurs et riverains ?

La lettre d’excuses du titulaire de la parcelle a-t-elle été suivie d’une injonction municipale (vu la persistance de l’infraction...) ?

L’arrêté interruptif des travaux de la Corniche a-t-il été suivi d’une démarche judiciaire ?

Nous n’imaginons pas que l’abattage de 56 arbres sans droit puisse rester impuni ; sinon, tout administré saura qu’il peut abattre ce qu’il veut, impunément...

  •  que l’ADPPM soit clairement informée des intentions de la municipalité concernant les troubles subis par l’ensemble du quartier de la Corniche en termes de stationnements. A défaut de solution rapide, les riverains agiront en justice.
  •  que l’ADPPM soit clairement informée des projets des promoteurs dans le secteur du Laurey (150 maisons à construire par Pichet)

Nous ne pourrions pas comprendre, que, vu le travail accompli par l’ADPPM pour la protection de ce site, nous soyons une nouvelle fois mis à l’écart d’une nécessaire concertation, en amont.

  •  que l’ADPPM reçoive une réponse claire et motivée sur l’opportunité de créer une AMVAP (protection du style architectural et paysager) ; cf. rappel d’un courrier du 23/10/2012 resté sans réponse :

Monsieur le Maire, Un nombre croissant de constructions neuves ou rénovées avilissent le site du Pyla, dont les caractéristiques identitaires reposent principalement sur l’architectural et le paysager.

Notre campagne en faveur d’une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) nous donne raison chaque jour, et si vous avez pertinemment fait adopter une Charte paysagère (non opposable), il reste que seule une ZPPAUP, devenue « aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine » (AMVAP), aurait pu nous préserver de bien des fautes de goût, le mot est faible…

Ce nouvel outil est, en droit de l’urbanisme français, une servitude d’utilité publique ayant pour objet de « promouvoir la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces ». Les AMVAP ont été instituées par la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 en remplacement des ZPPAUP.

Un régime fiscal favorable (pour combien de temps ?) permet aux administrés concernés de réaliser des travaux dans des conditions optimales.

Avez-vous la volonté de mieux protéger le Pyla en adoptant ce nouveau dispositif ?

C’est la question que beaucoup de Pylatais vous posent.

Le dossier est presque prêt, puisque déjà cofinancé par la Commune et l’ADPPM.

Restant à votre disposition pour en débattre plus avant…

  •  que l’ADPPM soit précisément informée des intentions de la municipalité sur la révision du PLU ; comme cela fut précisé le 10 août, nous souhaitons être associés à l’ensemble du processus, le plus en amont possible, et Hugues Legrix se tient à votre entière disposition pour ce faire.
  •  que l’ADPPM soit précisément informée des intentions de la municipalité sur le cas du Privé de l’Hermitage.

Il apparaît en effet que les débordements sont devenus chroniques, à l’intérieur, comme à l’extérieur : le week-end dernier (cf. courriel de Monsieur Esparza), diverses dégradations dans le quartier ont eu lieu, pour la xème fois ; le week-end précédent, un mineur blesse un majeur à l’intérieur de l’établissement : police, hôpital, tribunal, avertissement au gérant...

Y a t il un plan B pour que le quartier retrouve un peu de sérénité ?

En vous remerciant de l’attention que vous réserverez à nos préoccupations lesquelles s’inscrivent dans une volonté redoublée de protéger le site, qui en cruellement besoin, et de votre prochaine réponse écrite, Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, l’assurance de notre considération la meilleure et la plus cordiale.

La réponse à ces questions non résolues se trouve sur notre site www.adppm.fr

Selon l’usage, nous adresserons à chaque candidat tête de liste un questionnaire précis sur la gestion du Pyla au cours de la prochaine mandature ; nous publierons les réponses sur notre site.

Enfin, voici quelques liens, pour information :

http://aquitaine.france3.fr/2013/09...

http://www.terraeco.net/Dune-du-Pil...

http://www.sudouest.fr/2013/09/04/s...

http://www.sudouest.fr/2013/10/06/l...

http://www.sudouest.fr/2013/10/07/r...

http://www.sudouest.fr/2013/10/29/c...

http://www.sudouest.fr/2013/11/27/u...

http://www.sudouest.fr/2013/12/16/e...

http://infoterre.brgm.fr/search/sea...

http://www.developpement-durable.go...

Nous espérons avoir le plaisir d’enregistrer prochainement votre cotisation et de vous rencontrer lors de notre prochaine Assemblée Générale Ordinaire le samedi 9 août prochain à 10 H au Centre Culturel du Pyla.

D’ici-là, vous pouvez consulter notre site www.adppm.fr et nous écrire : adppm@hotmail.com

Très belle année 2014.

Jacques STORELLI
Président
jacques.storelli@free.fr

André MALBREIL
Secrétaire général
a.malbreil@free.fr