Publications de l’association

Gazette du Pyla de l’été 2014

Mercredi 30 juillet 2014 // Gazettes du Pyla

Vous pouvez consulter la gazette n°36 en cliquant sur la vignette ci-dessous :

Sommaire

  1. Ordre du jour de l’Assemblée générale
  2. Questions posées à Jean-Jacques Eroles
  3. L’urbanisme
  4. Le plan d’eau
  5. Air et circulation aérienne
  6. La vie locale
  7. Contentieux divers
  8. Infos Pratiques

Édito

Voici 45 années que notre association imprime sa marque sur ce petit morceau de terre, de sable et de mer qui a tant d’importance pour nous tous. Notre littoral pylatais est vierge de tout bétonnage, la dune n’est pas cernée de lotissements et l’ostréiculture et la forêt usagère restent des signes distinctifs majeurs.

Bien sûr, nous ne maitrisons pas tout, loin de là. C’est souvent la nature qui « rend le jugement ». Ce fut le cas cet hiver avec les phénomènes de houles. L’ADPPM tient à exprimer sa solidarité et sa compassion à tous les Pylatais qui ont subi des dégâts. Ce sujet sera évoqué lors de notre assemblée.

Mais c’est parce que nous avons su préserver l’essentiel que le Bassin a pu devenir le sixième Parc Naturel Marin français, qui va prochainement installer son Conseil de gestion en tant que « Parlement de la mer » composé de 56 personnes choisies par l’État. Si la CEBA, qui regroupe les 29 associations environnementales du Bassin d’Arcachon, et les professionnels de la mer, ont su si bien travailler ensemble pour la création du Parc, c’est parce que chacun est conscient de la nécessité de se doter des moyens propres à restaurer rapidement la qualité de l’eau et la biodiversité qui s’y associe. C’est absolument vital pour notre avenir.

Le Parc procèdera par propositions et recommandations. Les principales associations y siègeront. Faisons confiance à cette nouvelle dimension qui va inciter chacun de nos visiteurs à un supplément de devoir de vigilance. Sur terre, notre préoccupation majeure porte toujours sur les documents d’urbanisme.

Nous avons dû soumettre au juge administratif le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) qui permet, en dépit des protestations des services de l’État et de la CEBA, à chacune des 17 communes de l’arrondissement de développer une urbanisation galopante, alors que bien des coupures vertes ont déjà été sacrifiées, que la circulation devient un réel problème au Sud du Bassin comme au Cap Ferret, et que le plan d’eau est soumis à des usages et des comportements qui nous coûteront tôt ou tard des interdictions. Cette vision du tout développement nous semble extrêmement dangereuse pour les équilibres fondamentaux qui font la magie du Bassin.

Une fois de plus nous avons dû faire judiciairement obstacle à certaines dispositions du Plan Local d’Urbanisme de La Teste qui maintenaient constructibles en 2011 des secteurs que la justice administrative avait jugés protégés par la Loi Littoral. Il en va de même pour le SCOT qui ne respecte pas les décisions de justice que nous avons obtenues pour la forêt du Laurey. Pour quelle raison une collectivité fait-elle délibérément l’impasse sur des décisions de justice, obligeant ainsi les administrés et associations à plaider à nouveau ?

Heureusement que notre activité consiste aussi et surtout à échanger et convaincre.

Dans le cadre de sa campagne électorale, le maire s’est engagé à créer au Pyla une Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (Amvap = ex Zppaup) sur laquelle nous avons déjà beaucoup travaillé. Cela permettra de mieux maîtriser le style architectural, le paysager et les perspectives, ce qui ne serait pas un mal dans bien des secteurs…

Ce sera un grand plaisir de nous retrouver lors de notre assemblée pour exprimer encore et toujours notre totale détermination à rester des acteurs incontournables de l’avenir de notre cher Bien Commun.

Jacques STORELLI,
Président