NATURA 2000

Sud Ouest : "C’est de la désinformation"

Mercredi 5 mars 2008 // Revue de presse

NATURA 2000. –Jacques Storelli, de l’association de défense et de promotion de Pyla-sur-mer (ADPPM), réagit suite à la manifestation de samedi dernier

« C’est de la désinformation »

À son tour, Jacques Storelli (association de défense et de promotion de Pyla sur Mer) réagit suite à la manifestation qui a réuni samedi les navigateurs au port d’Arcachon (nos dernières éditions).

« C’est une campagne de désinformation, à huit jours du scrutin, contre de prétendus effets de Natura 2000 sur la pêche et le nautisme sur le Bassin. Pourtant, seul un projet d’arrêté ”Prémar” est en cause puisque c’est lui qui regroupera prochainement 18 des 23 arrêtés déjà applicables. Il est donc erroné de prétendre qu’il n’y a pas de concertation ; il est encore plus inexact de prétendre que Natura 2000 serait en cause. »

Jacques Storelli le précise : « L’arrêté de simplification ”Prémar” ne comporte que deux obligations nouvelles, celle de ne pas rejeter les déchets organiques en mouillage nocturne, et celle de ne pas mouiller dans le chenal de Courbey, sauf en cas d’urgence, en raison de l’existence d’herbiers fragiles ; le reste est déjà applicable, et souvent trop peu respecté. »

Peut-on penser qu’une manifestation a été organisée en raison de ces seules dispositions, à l’état de projet ?, demande Jacques Storelli. En fait, certaines têtes de liste aux élections municipales, ne sont sans doute pas restés inactifs et n’hésitent pas à sombrer dans une flagrante opération de désinformation et de tentative de déstabilisation des élus et de certains services de l’État. C’est une bien curieuse manière de considérer les administrés que de vouloir leur faire croire que Natura 2000 serait en cause et de chercher à tout amalgamer dans le but de faire penser que les élus et la préfecture seraient responsables de mesures soi-disant liberticides sur terre comme sur mer, ce, à huit jours des élections, alors que la sous-préfecture est tenue à un devoir de réserve jusqu’au 17 mars ».

« L’ADPPM pense que l’environnement vaut mieux que ça ; c’est pourquoi un questionnaire très précis (52 questions) a été adressé à chaque tête de liste. Les réponses sont disponibles sur le site http://www.adppm.fr. Au-delà de quelques postures récentes à caractère pré-électoral, l’environnement y reconnaîtra les siens, c’est-à-dire ceux qui ont su chaque jour durant avec conviction et détermination défendre notamment la ZPPAUP au Pyla, le site naturel de Laurey et de Pissens, Natura 2000 et combattre la fenêtre océane et le clapage en mer. »